Ils étaient les hommes et les femmes du sable, du vent, de la lumière, de la nuit.


... en tête de la caravane, il y avait les hommes, enveloppés dans leurs manteaux de laine, leurs visages masqués par un voile bleu. Avec eux marchaient deux ou trois dromadaires, puis les chèvres et les moutons harcelés par les jeunes garçons. Les femmes fermaient la marche.


Désert. Le Clézio.

lundi 24 mai 2010

Le combat des Anges.


Le combat des Anges

Les Anges luttent sans merci ils se percent le cœur et déchirent leur visage
parfois l’Ange devient noir.
Les pensées des Anges basculent leurs cris nous épouvantent, ce sont chants d’oiseaux égarés.
Ainsi disparaît un ange.

Le vent l’emporte dans une pure blancheur, les ailes brisées retombent.
Tout est silence, recueillement, méditation maintenant.
Nous ne comprenons pas les Anges.

Une chambre triste, des murs aux couleurs passées, quelques gravures sur les murs, un lit ouvert les draps dispersés, une lumière pâle blêmissant les visages des amants.

Située au sommet d’un building dans le quartier des affaires d’une grande ville d’un pays de l’est, une immense baie vitrée emporte le regard sur un triste panorama d’usines, donne le change d’une richesse artificielle.

Ils vivent dans la folie et la déchirure. Les pensées s’affrontent.

Ce sont les acteurs d’un drame qui n’en finit pas. Ils le vivent jour et nuit. Sur les plateaux de cinéma, dans les rues et les immeubles qu’ils visitent.

Anges intranquilles nous les rencontrons souvent.

Des roses sur la pierre tombale. Un ange mélancolique se déplace.

(écrits de nuit)












2 commentaires:

Jacqueline Waechter a dit…

"J'ai vu un ange dans le marbre et j'ai seulement ciselé jusqu'à l'en libérer."

Michel-Ange

croukougnouche a dit…

l'invisible nous frôle ..