Ils étaient les hommes et les femmes du sable, du vent, de la lumière, de la nuit.


... en tête de la caravane, il y avait les hommes, enveloppés dans leurs manteaux de laine, leurs visages masqués par un voile bleu. Avec eux marchaient deux ou trois dromadaires, puis les chèvres et les moutons harcelés par les jeunes garçons. Les femmes fermaient la marche.


Désert. Le Clézio.

dimanche 3 avril 2011

L'INCEN... dits. Les dits du cœur.

   " Je veux refroidir le cœur qui brûle en moi."
                                                               (i3akikœur) Aux champs d'honneur, des Coquelicots.


Les flammes lèchent les troncs disposés en étoile. Un creux de dune.
Étrange cri de la hulotte, et le rire du chacal. Des étoiles crèvent mes yeux et je songe à ce feu qui couve au tréfonds de mes lombes et qui sans crier gare serpentera jusqu'au cerveau pour transmettre cet état de transe qui me transporte, les nuits de pleine lune et de manteaux d'étoiles, les nuits de chants solitaire, les nuits de vent froid aux confins du désert.
Le cœur se morcèle et saigne . La marche est difficile CONTRE.

La danse en TRANSE .

Mes yeux se ferment sur les souvenirs.




1 commentaire:

I3akicoeur a dit…

Oh, je suis ici par mes mots. Je suis flattée M.C, de faire partie de votre beau blog =)