Ils étaient les hommes et les femmes du sable, du vent, de la lumière, de la nuit.


... en tête de la caravane, il y avait les hommes, enveloppés dans leurs manteaux de laine, leurs visages masqués par un voile bleu. Avec eux marchaient deux ou trois dromadaires, puis les chèvres et les moutons harcelés par les jeunes garçons. Les femmes fermaient la marche.


Désert. Le Clézio.

dimanche 28 août 2011

LE FROISSEMENT DES AILES DU VAMPIRE.







Pourquoi sans cesse ton visage contre le mien  ?

Les larmes coulent plus facilement
quand mes doigts pénètrent la terre
découvrent le fin reflet de l'Ange.
Il est griffé par le temps,
endormi à jamais.

1 commentaire:

I3akicoeur a dit…

Ces mots, c'est juste pure et magnifique.

Je n'ai jamais su, mais j'ose : est-ce votre métier l'écriture ? Ou êtes vous juste un amoureux des mots ?