Ils étaient les hommes et les femmes du sable, du vent, de la lumière, de la nuit.


... en tête de la caravane, il y avait les hommes, enveloppés dans leurs manteaux de laine, leurs visages masqués par un voile bleu. Avec eux marchaient deux ou trois dromadaires, puis les chèvres et les moutons harcelés par les jeunes garçons. Les femmes fermaient la marche.


Désert. Le Clézio.

jeudi 11 août 2011

LE RÉVEIL







De très loin viennent des phrases en forme de papier découpé de photos juxtaposées

L'étrange palais de briques rouges cache la flamme chaste
Vierge écartelée
Chambre nuptiale aux senteurs de mandragore

Tonnelles enrubannées de roses
Murs de terre mastiquée - des fourmis se repaissent nuit et jour et construisent la cathédrale -
des galeries humides la parcourent,
les pas se rapprochent - sonores -

LA CATHÉDRALE SE DRESSE AU CENTRE DU SOLEIL.

un éveil lointain.

j'écris et je transmet ce qui me revit.

Des petits hommes vêtus de vert qui m'interpellent
Un sourire de fée me touche l'épaule, le front, le visage,
le corps douloureux maintenant au repos.

3 commentaires:

croukougnouche a dit…

et la tenture flottante laisse passer les parfums du jardin.. Respiration du jour nouveau.

Christian CAZALS a dit…

Ce fut un réveil en douceur et le plaisir de retrouver l'écriture et le bonheur de sentir son corps et des sensations nouvelles.

boucherif

I3akicoeur a dit…

Toujours aussi beau, ces textes, les vôtres, plein de grâce parfois, un grain féerique. De la poésie surtout. J'aime beaucoup vous lire.