Ils étaient les hommes et les femmes du sable, du vent, de la lumière, de la nuit.


... en tête de la caravane, il y avait les hommes, enveloppés dans leurs manteaux de laine, leurs visages masqués par un voile bleu. Avec eux marchaient deux ou trois dromadaires, puis les chèvres et les moutons harcelés par les jeunes garçons. Les femmes fermaient la marche.


Désert. Le Clézio.

mardi 17 août 2010

L'ATTACHEMENT / Suite 3

photo Catia Ramalho

                   



 Il se souvient


 le parc, les arbres dégoulinant, le chat tapis dans un fourré épais de boules rouges,



                    sa démarche.
                    Le désir, en lui, le battement de coeur en arrivant à sa hauteur,
                    lui parler.

                    Il la dépasse. Ne tourne pas la tête.
                    Mais s'ATTACHER
                    Un lien, une passerelle jetée entre les deux,
                                                                                    de bois imputrescible
                                                                                    indestructible.


Le bistrot, les vienoiseries qu'il dédaigne, cette musique qui le trouble, ça se bouscule dans sa tête maintenant
pendant sa balade solitaire sur le pavé parisien.
Il marche en somnambule.
C'est l'île St Louis.
Descend sur les quais de son enfance
Mouille et salit son imper en se posant, les jambes pendantes.
Son regard se trouble.
Une Seine grise, un flot rapide,
des remous,
les branchages au fil de l'eau.

Elle est un peu haute, il pense.
Une péniche chargée de sable remonte le cours du fleuve...

4 commentaires:

FRANKIE PAIN a dit…

merci du lien ainsi j'ai pu vous trouvez

oui, vous avez raison

ce sont des lectures en art du fragments
très beau nom quand on voit l'origine
à bientôt de se lire réciproquement
bel fin d'été

Féelonia a dit…

Je suis si fière de voir mes photos accompagner tes mots.

Christian CAZALS a dit…

Frankie Pain:Enfin trouvé le Blog!!
Je plaisante. Votre comment me fait chaud au coeur mais je comprends qu'il soit diificile d'en faire la lecture chez certaines personnes.

Merci et amitiés poétiques. Christian

Christian CAZALS a dit…

Catia: Tes photos sont souvent à l'origine de mes pensées et de mes écrits. Normal de les retrouver dans mes textes.

Bises C.